Le gamelan

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Gamelan : facture instrumentale

Les gamelans sont essentiellement composés de métallophones à lames et de gongs qui requièrent une très longue expérience de la part des forgerons (les”pandé”). 1) Les instruments à lames.la base de l’orchestre est composée de la famille des”sarons”à six ou sept lames, posées sur un socle de bois et frappées à l’aide d’une mailloche. Ces instruments, qui jouent la ligne mélodique de base, sont des instruments aux sonorités puissantes. La famille des”genders”à lames suspendues au-dessus de résonateurs sont des instruments à sons doux qui interviennent dans les compositions avec chant. Un xylophone”gambang”à vingt et une lames de bambou posées sur une caisse en bois fait office de résonateur.2) Les instruments à gongs bulbés.Les”bonangs”se composent de douze à quatorze petits gongs posés en deux rangées sur des cordes fixées à un cadre horizontal. Une paire de”ketuks”, petits gongs bulbés horizontaux, posés séparément sur un cadre en bois et placés côte à côte, servent de structure rythmique de la mélodie. Chaque composition peut être définie par le nombre et la fréquence de battements sur ces instruments. Les”kenongs”, au nombre de deux à dix selon le type de gamelan, sont le même genre d’instruments mais plus volumineux. Les”kempuls”(de quatre à sept instruments) sont des gongs suspendus de taille moyenne ; ils divisent en sections les grandes séquences musicales définies par les coups des grands gongs dits”gongs ageng”(dont le diamètre peut atteindre 120 cm). Ceux-ci sont parfois associés à un gong de taille inférieure (suwukan).Pour les compositions avec chant, le gamelan comprend en outre une flûte de bambou à six trous”suling”, une cithare oblique à vingt-huit cordes”celempung”et une vièle à pique à deux cordes”rebab”, ce dernier étant très important pour de nombreuses compositions vocales. La direction du gamelan est assurée par les tambours horizontaux ou obliques à deux membranes, posés sur un socle, face aux musiciens. Le principal,”kendang gending”est souvent associé à un tambour de taille inférieure,”kendang ketipunk”. Un troisième,”kendang ciblon”, complète l’ensemble, notamment pour accompagner les danses. Ces tambours sont primordiaux car ce sont les instruments dirigeants de l’orchestre : ils donnent le tempo et organisent les ritardendo et les accelerando. Avec les grands gamelans de concert, les instruments vont par paires.

Gamelan : mode de jeu

Les musiciens sont assis sur des nattes posées sur le sol, face aux instruments à sons doux au premier plan, à sons puissants derrière; au fond, les gongs suspendus. Devant l’orchestre sont assis le groupe des chanteuses solistes (sinden), le choeur des hommes (gérong) et éventuellement un récitant. Chanteurs et chanteuses solistes sont, musicalement, considérés comme des instruments et donc intégrés à l’orchestre. Les solistes, contrairement à la tradition occidentale, ne cherchent pas à dominer l’orchestre : très souvent, lorsqu’elles chantent, les chanteuses mettent, par politesse et discrétion, une main devant la bouche parfois même avec un mouchoir. Les chants restent quasi inaudibles.

Gamelan : répertoire

Les manuscrits du”kraton”(palais royal du sultan) font état de près de 1 500 compositions, anonymes pour la plupart, à l’exception de celles attribuées à des sultans ; certains d’entre eux, en effet, étaient de véritables artistes (danseurs, chorégraphes, compositeurs ou poètes). Mais la plupart du temps, ces compositions sont l’oeuvre d’artistes entretenus par la cour. La gloire des sultans reposait essentiellement sur l’éclat des activités artistiques de leur palais. Musiciens et poètes se réunissaient des journées entières pour composer. La musique de gamelan est destinée à la musique cérémonielle ou bien à la musique de concert : danse de cour, théâtre dansé, théâtre d’ombres, musique instrumentale.

Pour connaitre d’autres instruments de musiques, consultez le site : Musique-instruments.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »