Questions / réponses sur le cancer colorectal

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Quelle est la signification de l’apparition de rectorragies ?

Les saignements au niveau du rectum (rectorragies) constituent un symptôme extrêmement banal, le plus souvent lié au développement d’une pathologie hémorroïdaire. Toutefois, en cas de saignements répétés chez un sujet ne présentant aucune pathologie hémorroïdaire, surtout à l’approche de la cinquantaine, il faut toujours penser à la possibilité du développement d’un cancer colorectal.

Est-ce que les troubles fonctionnels intestinaux favorisent le cancer du côlon ?

La pathologie fonctionnelle intestinale appelée également colique spasmodique, constitue une anomalie de la motricité du côlon. Ces anomalies sont renforcées par de mauvaises habitudes alimentaires, le stress ou la constipation. Cette pathologie de troubles fonctionnels extrêmement fréquente, peut entraîner des douleurs importantes et une angoisse légitime mais elle n’est, en aucun cas, un facteur favorisant le cancer du côlon.

La diverticulose colique favorise-t-elle le cancer du côlon ?

La maladie diverticulaire est une pathologie qui apparaît simultanément à celle du cancer du côlon puisqu’elle touche la même tranche d’âge de la population. Il s’agit d’un vieillissement de la paroi colique. Si la diverticulose peut être associée soit à des polypes soit à des cancers, elle ne constitue, en aucun cas, une pathologie précancéreuse.

Les polypes coliques sont-ils toujours cancéreux ?

De très nombreux polypes sont diagnostiqués et s’ils peuvent constituer dans certains cas des lésions précancéreuses, dans de nombreuses circonstances, ils n’évoluent pas. Il est difficile de savoir quel type de polype va évoluer vers un cancer ; c’est la raison pour laquelle tous les polypes adénomateux doivent être retirés lors des examens coloscopiques. Il existe un type de polype, dit polype hyperplasique qui n’a aucun caractère de gravité et les patients qui en sont porteurs n’ont aucun risque particulier de cancer du côlon. Lorsqu’un polype a été retiré chez un sujet, une politique de surveillance doit être mise en œuvre avec contrôle coloscopique trois ans après l’ablation du polype, pour diagnostiquer l’apparition d’autres polypes ou d’une récidive.

A quel âge doit-on passer une coloscopie quand il y a eu des cas de cancer du colon chez les grands-parents ?

En l’état actuel de nos connaissances, les recommandations de dépistage du cancer du colon par la coloscopie s’adressent aux sujets ayant un antécédent familial de premier degré (parents, fratrie et enfants). Dans ces cas, il est conseillé une coloscopie de dépistage, à 45 ans ou 5 ans avant l’âge d’apparition du cas familial à condition qu’il soit apparu avant 60 ans. La surveillance se déroule ensuite tous les 5 ans.

Néanmoins, certaines familles présentent des types de cancer du colôn avec un risque très élevé de transmission à la descendance, même au-delà du premier degré (poly-adénomatose familiale et cancer colo-rectal héréditaire sans polypose). Dans ces cas, le dépistage est fait beaucoup plus précocement, entre la puberté et 25 ans, par la coloscopie mais également par une étude génétique à la recherche de mutations.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »